Le mystérieux crâne extraterrestre et la piste d’Anenerbe

Par: Monique Menard | 2020-02-16

Il n’y a pas si longtemps, des membres de la Société géographique russe (RGS) d’Armavir et le groupe « Kosmopoisk » ont fait une expédition dans l’une des républiques adyguéennes du Caucase du Nord et ont visité en chemin un musée paléontologique et ethnographique unique en son genre dans le village de Kamennomostskoye, qui se trouve à trente kilomètres de Maikop sur la route de Guzeripl et du plateau du Lago Naki.

« Dans les montagnes de l’Adygea, ils ont trouvé deux crânes d’une créature inconnue et un coffre portant l’emblème « Anenerbe » – peut-être le plus secret sous la société SS de Hitler, engagée dans les sciences occultes et d’autres forces.

C’est ce qu’ont fait les deux personnes à qui nous avons parlé avant de nous rendre dans ces lieux. Par conséquent, nous ne pouvions pas ignorer ces choses et nous sommes allés nous occuper de tout cela sur place.

Nous avons été très bien et nous avons eu la gentillesse de nous rencontrer au musée. Le propriétaire du panoptique, Vladimir Guennadiévitch Melikov, s’est révélé être une personne très amicale et sociable, qui nous a raconté comment des objets aussi étranges lui sont parvenus.

- Un grand coffre brun avec une poignée en cuir et l’emblème de la société secrète « Anenerbe » sur le couvercle m’a apporté un vieil homme du coin, – dit le propriétaire du musée Hajok Vladimir Melikov. – C’est un véritable ermite, il vit dans les bois dans une pirogue, mais où exactement, personne ne le sait. C’est une vieille connaissance qui apporte souvent des choses rares au musée, comme des jumelles « edelweiss » et une armoire à pharmacie allemande contenant des médicaments de cette époque. Une fois qu’il a offert des chaussures fascistes, il a dit qu’il avait encore une paire de 20… Alors je me suis demandé: le vieil homme n’a-t-il pas trouvé une cachette dans les bois? Et toutes les trouvailles étaient en bon état. Les allumettes, par exemple, allument au moins maintenant un feu. Peut-être même toute une réserve? Trouver un endroit comme celui-ci est une chance rare.

…en regardant le couvercle du coffre, qui montre clairement le logo officiel d’Anenerbe. Le casque est stylisé comme des runes. L’inscription même Besondere Bekl [eiderung] signifie approximativement « attachement spécial ». De quoi avaient-ils donc besoin dans la région?

Les artefacts nous ont naturellement intéressés. Après tout, si de nombreux détails de l’opération de la Wehrmacht, dont le nom de code est « Edelweiss », au cours de laquelle, sur la plus haute montagne d’Europe, l’Elbrouz en Kabardino-Balkarie, ont été établis les standards avec des symboles fascistes, sont connus des historiens, que faisait cette organisation secrète allemande dans les montagnes de l’Adygea?

Selon les chercheurs, les SS étaient très probablement intéressés par les énigmes des anciens dolmens et par l’augmentation de l’anomalie radioactive naturelle dans la région du canyon de Chisinau. Ils pouvaient également chasser l’or du Kuban Rada, perdu dans ces régions pendant la guerre civile.

« Anenerbe » se traduit par « Patrimoine ancestral », le nom complet étant « Société allemande pour l’étude de l’histoire ancienne allemande et du patrimoine ancestral ». Cette organisation a existé en Allemagne de 1935 à 1945 et a été créée pour étudier les traditions, l’histoire et le patrimoine de la « race allemande ».

Parmi les autres trouvailles, on trouve une carte allemande en couleur du territoire adyguéen, réalisée en 1941. Nous avons été surpris par la grande précision et l’exhaustivité des objets qui y sont peints. L’exposition porte la signature « Chaîne de Prométhée », une énorme chaîne géante en pierre à plusieurs maillons aiguisés, que nous avons vue pour la première fois de notre vie, qui et pourquoi ne l’a pas du tout comprise.Il a été trouvé dans le Daghestan montagneux. Il était également agréable de voir un moulage de Bonhomme de neige (Bigfoot) dans le musée, voire trois moulages de tailles et de dimensions différentes, ainsi qu’une variété d’ammonites, de coquillages et de représentants de la flore et de la faune anciennes.

Il y a deux ans, des spéléologues ont apporté à Vladimir Melikov deux crânes inhabituels avec des cornes, qui, selon eux, ont été trouvés dans une des grottes du Bolchoï Thach. Ils ressemblaient à des restes d’animaux, peut-être même à des fossiles très anciens. Mais lorsqu’il a commencé à examiner attentivement les résultats (il avait auparavant travaillé comme dentiste), il a littéralement eu la chair de poule.

- Regardez le trou rond caractéristique dans l’épaisseur du doigt dans la partie inférieure de la tête – montre Melikov sur l’un des crânes. – C’est la base de la colonne vertébrale. Et son emplacement indique que la créature se déplaçait sur deux pattes. D’autres choses étranges sont l’absence de boîte crânienne et de mâchoires. Au lieu d’une bouche, il y a plusieurs trous placés autour d’un cercle. Des orbites extraordinairement grandes, d’où partent deux branches en forme de corne. Et l’os du visage est aussi plat qu’un anthropoïde.

Et en effet, les artefacts semblent inhabituels. Même si vous le comparez au crâne d’un ours couché à côté de lui. Il est tentant de penser que vous détenez les restes d’un extraterrestre. Les photos des découvertes ont été envoyées aux paléontologues de la capitale, mais elles n’ont été prises qu’à la main. Ils ont juste admis qu’ils n’avaient jamais rien vu de tel auparavant et ont fait des allusions prudentes: peut-être que les crânes de bélier ont été longtemps dans le courant d’eau avec du sable et qu’ils étaient sévèrement déformés? Des miracles, oui et seulement. Si l’on suppose la déformation, elle était synchrone, car des choses étranges se répètent sur deux tortues à la fois.

Notre équipe de recherche pense que de telles découvertes auraient également pu tomber entre les mains des « magiciens » d’Hitler qui recherchaient des artefacts inhabituels.

Le site russe « Anthropogenesis.ru » a demandé à commenter les étonnantes découvertes du paléosologue, membre de la branche d’Omsk de la Société géographique russe (RGS) Alexey Bondarev. Voici sa réponse:

Les photographies du musée ne montrent que deux crânes de chèvres de montagne caucasiennes mal conservés (visites).

Les alternatives pour la recherche la plus large ici peuvent être le chamois et la chèvre bezoar, mais la forme de leurs cornes et de leur os frontal est encore différente de celle observée sur l’image. Il y a deux espèces de chèvres dans les circuits: la Capra caucasica du Caucase de l’Ouest et la Capra cylindricornis du Caucase de l’Est (la deuxième partie des chercheurs est considérée comme une sous-espèce de la première). Il est possible de marchander sur les béliers, mais en général, la définition des fragments d’os à partir des photographies est une tâche ingrate. Compte tenu de la situation géographique de l’Adygea, on pourrait s’attendre à ce que les crânes appartiennent au type (sous-espèce) du Caucase de l’Ouest, mais ce n’est pas particulièrement important à l’heure actuelle.

D’ailleurs, les mythologues, en regardant les résultats, ont immédiatement déterminé. Ce sont les annunakias de l’Ancien Sumer, divinités cornues, dont le nom est interprété comme « venu du ciel ». Dans l’epos sumérienne, ils ont participé à la création du monde.

L’écrivain américain d’origine azerbaïdjanaise Zakharia Sitchin identifie les Annunaks aux habitants de Nibiru – une hypothétique planète du système solaire à l’orbite allongée. Selon les calculs astronomiques, il apparaît dans la zone de visibilité une fois tous les 3,6 mille ans. Comme l’écrit Sitchin, pendant cette période, les habitants de Nibiru descendent sur Terre et entrent en contact avec les indigènes, c’est-à-dire avec nous.

- Nous pouvons construire toutes sortes de versions et de suppositions, mais les objets trouvés dans les montagnes adyguéennes font réfléchir », nous a dit le conservateur du musée, V.G. Melikhov, au revoir.

P.S.Au fait: l cette année 2015 dans la région de l’Elbrouz, des chasseurs de trésors ont trouvé une autre valise « Anenerbe » avec un crâne d’origine étrange, appartenant vraisemblablement à un ranger de la division allemande « Edelweiss », un anneau, ainsi que tout un ensemble d’uniformes militaires fascistes. L’anneau montre le profil d’un soldat au cap de montagne, auquel sont attachées des feuilles de chêne. En bas, il y a une fleur d’edelweiss. Et en 2014, aux mêmes endroits, les habitants ont rapporté qu’ils avaient déterré la sépulture de deux cents corps de rangers allemands, qui avaient probablement été recouverts par une avalanche il y a de nombreuses années.

Membre de la société géographique russe à Armavir, Frolov Sergey

Source

Si vous avez trouvé une erreur dans le texte, veuillez nous en aviser en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl+Enter.

Suivant: Une galaxie noire invisible pourrait s’écraser dans la Voie lactée
Précédent: M27 – Nébuleuse de l’Haltère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rapport de faute

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs en chef: