Les candidats aux postes d’astronautes se sont vu proposer un test polygraphique

Par: Marcel Fabre | 2020-03-31

Les spécialistes suggèrent d’utiliser un détecteur de mensonges dans la sélection des candidats à l’équipe de cosmonautes russes pour identifier les alcooliques, les toxicomanes, les criminels et les anormaux cachés, selon le dernier numéro de la revue scientifique « Piloted Space Flights » publiée par le Centre de formation des cosmonautes.

À l’aide du polygraphe, il est proposé de recevoir des informations sur le passé du candidat à l’escouade, de clarifier la biographie, de révéler la dépendance à l’alcool, aux drogues et au jeu, de découvrir les pensées criminelles et malhonnêtes, les liens avec le monde criminel, de recevoir des informations sur les maladies et les problèmes psychophysiologiques cachés, ainsi que sur la motivation du candidat.

L’équipement technique et les procédures d’examen sont assez simples, ce qui fait du polygraphe un outil pratique pour tester de grands groupes de candidats astronautes, a déclaré la revue scientifique.

Dans le même temps, l’article note que le test polygraphique ne peut être la seule source d’information pour la prise de décision et doit être utilisé en conjonction avec d’autres méthodes et moyens d’étude de l’homme.

Le 3 juin, la Russie a lancé un nouveau recrutement dans l’équipe d’astronautes. Elle prendra fin le 1er juin 2020. Il est prévu de sélectionner quatre spécialistes. En août 2018, Roscosmos a déjà sélectionné huit candidats pour les cosmonautes.

Source: RIA.RU

Source

Si vous avez trouvé une erreur dans le texte, veuillez nous en aviser en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl+Enter.

Suivant: Ilon Mask a envoyé son premier tweet via le réseau satellitaire de Starlink
Précédent: Le cosmonaute Roman Romanenko: « Assis sur l’ISS, on frappe soudain à la porte. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rapport de faute

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs en chef: