Les Français vont étudier l’impact de l’espace sur les vins

Par: Marcel Fabre | 2020-03-28

Douze bouteilles de vin de Bordeaux sont incluses dans la cargaison qui sera livrée à la station spatiale internationale (ISS), le cargo Cygnus, lancé samedi à l’aide du lanceur Antares depuis le port spatial de l’île de Wallops, en Virginie, dans l’océan Atlantique. Les boissons ne sont pas destinées à la consommation. L’objectif de leur mise en orbite est d’étudier les effets à long terme de la microgravité et de l’environnement cosmique sur eux – pendant l’année.

Space Biology Unlimited, basé à Bordeaux, rassemble 15 scientifiques de France et d’Allemagne. Les chercheurs pensent que cette expérience peut aider à comprendre les processus qui se produisent pendant la maturation des vins, et qu’elle permettra d’élargir la compréhension de la science sur l’évolution des organismes en général. On espère que les connaissances acquises pourront être utilisées pour développer de nouveaux produits phytopharmaceutiques face au changement climatique mondial.

Nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de « planète B » et nous voulons utiliser l’espace pour trouver la voie de notre avenir en contribuant à l’agriculture, à l’industrie alimentaire et à la santé », déclare Nicolas Gomas, chef de l’équipe de recherche au journal régional Sud Ouest. Il a souligné que les noms des caves ne seront pas divulgués car le projet n’a pas de but publicitaire.

« Le vieillissement du vin comprend des éléments importants de l’écosystème biologique terrestre, tels que les levures, les bactéries, les sédiments cristallins, les colloïdes et les polyphénols. Cependant, ce processus complexe est encore insuffisamment étudié, notamment en ce qui concerne la composition chimique et les propriétés gustatives de la boisson », explique Emmanuel Etchepar, de Space Cargo Unlimited, dont la société supervise le programme.

C’est la première des six expériences spatiales prévues dans le cadre de la mission Vitis Vinum In Spatium Experimentia. Cinq autres expériences auront lieu entre 2020 et 2022. Les principales priorités seront d’étudier les changements dans les micro-organismes causés par des sources artificielles de stress (sel, humidité, température), d’étudier la réaction des plantes à la microgravité afin de développer des stratégies de protection contre les moisissures, de générer de nouvelles substances pour la médecine et l’agriculture et d’améliorer la résistance au stress des plantes et des produits.

Source: TASS.RU

Source

Si vous avez trouvé une erreur dans le texte, veuillez nous en aviser en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl+Enter.

Suivant: M10 – Amas Globulaire
Précédent: M11 – Canard sauvage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rapport de faute

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs en chef: